/urgence.jpg
  • présidentielle 2012 : Babacar Gaye exclut toute possibilité de divergence sur la candidature de Wade

    présidentielle 2012 : Babacar Gaye exclut toute possibilit�

  • La Côte d’ivoire peut-elle éviter une nouvelle guerre civile ?

    La Côte d’ivoire peut-elle éviter une nouvelle guerre ci

présidentielle 2012 : Babacar Gaye exclut toute possibilité de divergence sur la candidature de Wade

Le porte-parole du Parti démocratique sénégalais (Pds), Babacar Gaye, a écarté, lundi, toute possibilité de divergence sur la candidature du Secrétaire général national de cette formation à l’élection présidentielle de 2012.

« Il ne saurait y avoir de divergence au sein du parti à propos de l’acceptation de la candidature du Secrétaire général national aux prochaines élections présidentielles de 2012 », a-t-il dit sur les ondes de Radio futurs médias (Rfm, privée).

« Il ne saurait y avoir de divergence pour deux raisons. D’abord, nous sommes un parti organisé, structuré et les structures du parti, l’essentiel de ces structures, sont en phase avec le choix fait, depuis New York, par le Secrétaire général national en exprimant son intention de demander au congrès du parti de faire de lui son candidat ou le candidat à la prochaine présidentielle de 2012 », a-t-il poursuivi.

Babacar Gaye a admis que des responsables du Pds ne soient pas d’accord avec cette candidature, mais a prévenu qu’il il est par contre exclu de laisser perdurer une telle situation.

« Maintenant qu’il existe dans le parti des responsables qui pensent que cette candidature n’est pas bonne ou qu’elle n’est pas opportune, que ce responsable soit soutenu par des militants, cela peut se comprendre », a-t-il fait observer.

« Nous sommes dans un parti démocratique, mais cela ne saurait perdurer, sinon ça donne l’impression d’une cacophonie et d’une indiscipline indescriptible. Et le Parti démocratique sénégalais ne peut accepter en son sein un débat autour d’une question qui a été tranchée par l’instance suprême : le Comité directeur », a-t-il déclaré.

lesoleilmultimedia.com

 

Lire la suite...

La Côte d’ivoire peut-elle éviter une nouvelle guerre civile ?

Les chiffres ont évolué selon les sources, allant de douze (source RHDP le matin) à une trentaine de morts (source France 24) dans l’après-midi, rien que dans Abidjan en proie jeudi à des manifestations rythmées par de fortes détonations d’armes de différents calibres.

Le premier vrai face-à-face opposant militants pro-Ouattara et Forces de sécurité fidèles à Laurent Gabgbo adonné jeudi, une nouvelle tournure à la présidentielle ivoirienne remportée par le candidat du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix , selon la Commission électorale et tous les observateurs nationaux et internationaux.

Le président élu Alassane Dramane Ouattara et son Premier Ministre Guillaume Soro avaient appelé leurs partisans à marcher pour une prise de pouvoirs à la Radio Télévision Ivoirienne (RTI) restée aux mains du Président sortant, qui continue de contrôler le secteur de l’audiovisuel public.

Avant même le début de la marche, des forces fidèles à Laurent Gbagbo avaient pris positions à tous les carrefours stratégiques de la capitale et bloqué ceux menant au Golf hôtel devenu QG du RHDP.

Les manifestants ont été empêché d’évolué, ce qui a donné lieu à de violents affrontements avec un bilan évoluant selon les heures et les sources.

A 10 heures jeudi, le porte-parole du Premier ministre nommé par Alassane Ouattara donnait faisait état de morts dans différents quartiers.

Voici son tableau

LES MORTS

  • 6 morts dans la commune d’Abobo
  • 4 morts dans la commune d’Adjamé
  • 1 mort dans la commune de Yopougon
  • 1 mort dans la commune de Treichville

LES BLESSES ET INTERPELLATIONS

Le nombre de blessés et de manifestants interpellés, qui n’a pas été communiqué au PCO, est relativement bien plus important aux dires des témoins des événements.

Au nombre des blessés, sont signalés deux éléments de la gendarmerie nationale en civil pris pour cibles par mégarde par leurs frères d’armes en faction dans le quartier du Banco, sis dans la commune de Yopougon. L’un des deux gendarmes serait touché à la cuisse et l’autre à la tête.

Concernant les arrestations, selon les informations parvenues au PCO du Premier ministre en  provenance du terrain, un nombre très important de manifestants ont été interpellés en masse dans les alentours de la Maison du parti du PDCI RDA et da la base de la Garde Républicaine à Treichville.

LES ACTEURS

Tous ces actes perpétrés ont essentiellement pour auteurs les détachements de la Garde républicaine et du Cecos lancés à l’assaut des manifestants du RHDP dans les dix communes de la capitale abidjanaise.

Ceux-ci ont dressé un peu partout des barricades visant à empêcher les manifestants de se regrouper et de sortir de leurs quartiers respectifs en direction de la direction de la RTI sise dans la commune de Cocody.

En fin d’après-midi jeudi, un calme extrêmement tendu régnait dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, alors que le Premier ministre Guillaume Soro a appelé à de nouvelles manifestations vendredi, pour l’accompagner dans sa décision de s’installer au siège de la Primature. S’amoncellent sous le ciel ivoirien, d’inquiétants signes d’une nouvelle guerre civile.

Lire la suite...
Previous
Suivant

Actualité en vidéo

Publicité

/sedima.jpg

chronique

100 000 = 5 000 = 50 millions = frais médicaux

Encore une histoire d’argent qui pollue l’atmosphère dans le milieu de la presse. Encore quelques réactions précipitées de patrons plus portés à sauver la réputation de leurs organes que celle de leurs collaborateurs- si les deux ne font pas une. Encore la crédibilité des journalistes qui s’effrite. Encore une profession qui étale son incapacité à garder la distance critique par rapport aux cercles de pression. A prendre le problème à bras le corps. A poser le vrai débat de fond.

Lire la suite

Waxx sa net

Que pensez vous du nouveau portail de kanal150 ?

Idées

Le Brésil vient d’élire une femme aux fonctions suprêmes de Présidente de la République. Une première dans ce pays, première puissance économique d'Amérique latine et un exemple à servir à tous les peuples du monde en développement.

L’Afrique a déjà élu Ellen Johnson Sirleaf, au Libéria. Mais outre ce pas de géant dans le sens de l’égalité de genre, quoi d’autre de vraiment original a été fait pour se hisser, comme le Brésil, au rang de pays émergents ? L’exemple de celui qui, en janvier prochain, va céder le fauteuil présidentiel à Mme Dilma Rousseff est donné en modèle dans la réflexion de M Mouhamadou Sy. Pour ce journaliste, le pays de Luis Ignacio Lula Da Silva a montré la voie. L’Afrique peut-elle s’y engouffrer ?

Lire la suite

Suivez kanal150